La Californie donne le feu vert pour les voitures autonomes

Cela fait déjà quelque temps qu’on entend parler des voitures du futur. On entendait dire que ces dernières se conduiraient toutes seules, sans humain aux commandes. Une idée qui semblait totalement irréalisable. Or, c’est un pari que les californiens veulent essayer de tenir. L’Etat a donné le feu vert pour la conduite de test. Grande avancée pour la technologie ou idée complètement folle ?

La sécurité avant tout

Selon Jean Shiomoto, directrice du Department of Motor Vehicules, c’est une avancée majeure pour la technologie autonome en Californie. Elle met en avant le soin et la préoccupation destinés à assurer la sécurité des passagers. Les véhicules resteront en contact permanent avec un centre de contrôle, afin qu’un opérateur puisse reprendre immédiatement les commandes en cas de besoin. Ces dernières devront également pouvoir reconnaître les voitures des forces de l’ordre. C’est donc l’opérateur humain qui devra répondre aux attentes des policiers.

Selon les nouvelles règles, l’opérateur à distance sera donc le véritable conducteur de l’automobile. Il devra donc posséder un permis en règles. Responsabilité limitée ou à haut risques ?

De nombreux test seront effectués avant de permettre à un humain de faire confiance à son nouveau véhicule. Les entreprises qui procéderont aux tests devront par ailleurs prouver qu’elles sont assurées pour les dégâts qui pourraient être provoqués par les véhicules autonomes, à hauteur de 5 millions de dollars, soit 4,5 millions d’euros.

A la recherche de constructeurs pour faire tester cette innovation, on devrait voir, d’ici peu, les nouvelles voitures sans tête défiler dans l’Etat le plus peuplé des États-Unis. Il est temps de se renseigner sur les tarifs de l’esta pour pouvoir venir admirer ce spectacle venu tout droit du futur.

California Innovations

La Californie prouve, ici encore, qu’elle est un territoire d’innovation mondialisé, toujours à la pointe des dernières tendances. A partir du 2 mars prochain, les constructeurs pourront demander un permis pour des tests avec ou sans chauffeur. Il faudra attendre environ un mois avant d’avoir l’accord. Aujourd’hui, c’est pas moins de 50 sociétés désireuses de tester ce nouveau concept d’intelligence artificielle. Des grands groupes comme General Motors, Waymo ou encore Uber devraient répondre présent.

De plus en plus influentes, les autorités californiennes ont déjà procédé à la modification du code de la route pour permettre à ces futurs engins de l’espace de circuler en « toute sérénité ».

Il faut se préparer à voir, d’ici quelques mois, des véhicules sans chauffeur ni pédales, mais dotés d’une intelligence artificielle, déambuler dans les rues de Californie. A vos appareils photos, le buzz est à portée de main.