La Suisse tâche de rattraper son retard face aux hackers

La Suisse tâche de rattraper son retard face aux hackers

Avec l’expansion des appareils connectés à Internet, les organisations et les entreprises se retrouvent à ne plus être aptes à faire face aux attaques informatiques. Celles-ci ne cessent de croître et de manière bien plus rapide que ce que l’on pourrait penser. D’importants impacts peuvent surgir de ces attaques, comme par exemple la manque d’électricité durant plusieurs jours ou encore un scénario catastrophe dans lequel les hackers s’emparent de systèmes gérant des barrages, pouvant ainsi déclencher des catastrophes « naturelles ».

Tout ce qui touche le cyberespace est menacé : la propriété privée, les entreprises ou encore la sécurité militaire et nationale peuvent être fortement déstabilisées par la menace informatique. Pour venir contrer ces attaques, il est important qu’un pays ait développé sa cybersécurité. La cybersécurité est un domaine rassemblant plusieurs concepts, diverses politiques, des dispositifs de sécurité et même des lois destinées au milieu numérique. Ces derniers sont utilisés afin d’assurer la sécurité de la population et du monde informatique.

Tous les pays ne maîtrisent pas la cybersécurité de la même manière et ne savent pas gérer les cyber-menaces. Certains pays seront à même de pouvoir assurer une sécurité permanente des activités, de pouvoir évaluer les menaces et de contrer celles-ci. L’Estonie, par exemple, a su s’affirmer comme un modèle pour les autres pays dans le domaine du numérique. D’ailleurs, de nombreux entrepreneurs mondiaux s’inspirent du modèle estonien en la matière. L’avantage de celui-ci est que vous pouvez tout faire en ligne sans même vous déplacer de votre domicile. Si une étude approfondie est désirée, diverses formations y sont proposées.

Des formations sont enfin mises en place

Afin de remédier au manque de personnel dans le domaine informatique, l’ICT Formation professionnelle suisse a mis en place une formation. Il s’agit d’un diplôme de haut niveau, qui sera reconnu sur le plan fédéral dans le domaine de la sécurité de l’information. Les premiers examens devraient prendre place d’ici une année et il semblerait y avoir déjà des candidats selon les dires de Jörg Aebischer, directeur de l’ICT Formation. Cette formation a pu voir le jour grâce à une collaboration très étroite entre le monde économique et l’administration publique, notamment avec des entreprises comme La Poste, Swisscom ou encore UBS. D’autres se mettent également en place, comme le brevet européen en informatique.