Le bilan 2017 du secteur immobilier est marqué par un retour à l’embellie

conjuguer défiscalisation et investissement
L’année 2017 touche à sa fin et il est désormais possible d’affirmer que les transactions immobilières ont connu une très belle croissance en cette année 2017, une dynamique de transactions ce qui ne s’était plus vu depuis l’an 2000.

Effectivement, près de 952.000 transactions, que ce soit en matière de location ou vente de logements, ont été enregistrées à la fin du mois de septembre 2017. La confiance dans le secteur se maintient pour clore une belle année 2017 et ce, malgré les questionnements au regard de la législation qui peut changer en 2018: conditions de recevabilité du prêt à taux zéro, de la prime primo accédants, conditions d’éligibilités au dispositif loi Pinel.

Il est certains que ce rayonnement retentit sur le secteur économique et de manière général le bien être des ménages qui deviennent propriétaires ou qui sont correctement logés dans des biens flambants neufs. Aussi lorsque des changements affectent le dispositif de la loi Pinel sur la forme, certains acteurs économiques se mobilisent même si sur le fond, rien ne change pour ceux qui pourront continuer pleinement à conjuguer défiscalisation et investissement gagnant et ce, pendant encore 4ans selon l’annonce du gouvernement Macron le 20 septembre 2017.

Les changements sur la forme applicables au dispositif Pinel à partir de janvier 2018

L’année 2017 connaît son apogée immobilière depuis l’orée du 21eme siècle. Cette oraison était amplement attendue. Si bien que le gouvernement Macro ne pouvait remettre en cause les modalités de mise en œuvre du dispositif Pinel. Il est simplement restreint géographiquement.

Concrètement, sa mise en œuvre entraîne des réductions d’impôts pour les particuliers qui investissent dans des logements en vue de les mettre en location. Cependant, dans le cadre d’un aménagement harmonieux du territoire correspondant aux préoccupations politiques qui ne peuvent plus ignorer les disparités et déséquilibres régionaux, il a été décidé de sortir les régions classées en zone B2 et C, c’est-à-dire localisées essentiellement dans les zones rurales es alors que la demande locative parait peu élevée au regard des investissements consentis.

Ce sont ces investissements qui vont manquer à l’essor économique de ces campagnes. Ainsi par exemple, dans les Hautes Alpes, bien sûr que les professionnels du Bâtiments et des Travaux Publics s’inquiètent et se mobilisent fortement contre cette restriction. Ils craignent évidemment que les investissent ne se replient sur les zones encore inscrites au plan Pinel du fait de son fort potentiel de retour sur investissement permettant de réaliser jusqu’à 63 000€ d’économie correspondant à 21% de réduction d’impôt en plus d’augmenter un patrimoine personnel immobilier concret.

La constitution d’un patrimoine immobilier moderne et défiscalisé

Bien sûr que seuls les conseils d’un expert immobilier qui s’est formé sur le sujet à l’aide du site www.la-loi-pinel.com permettront d’obtenir le calcul précis du retour sur investissement réalisable en fonction du type de logement acheté et du lieu effectif d’achat.

Les grandes villes présentent évidemment un réel atout du fait de la forte demande et la loi du marché lorsque la demande est supérieure à l’offre comme en Ile-de-France, près de la Côte d’Azur, en outre-mer, ou bien de manière générale pour les métropoles de plus de 250.000 habitants après quelques zones de nature fortement attractives en saison touristique.

Par ailleurs dans certaines villes, il n’est plus possible d’effectuer des achats en logement principal pour les jeunes ménages entre autres tellement il est possible d’évoquer une réelle flambée des prix d’achat comme à Bordeaux avec une hausse de 16,4% de ses prix immobiliers en cette année 2017, à Lyon 7,3% ou Paris 6,6% mais aussi ailleurs comme à Toulouse, Amiens etc..

L’immobilier demeure donc plus que jamais un placement sûr, facteur de sécurité financière et cela est une aubaine lorsque la législation encourage le processus de rénovation du parc immobilier pour restaurer, construire, moderniser, changer l’habitat qui sera ainsi envisagé de manière plus éco responsable soucieux des techniques énergétiques et de préservation de l’environnement.

Les habitats ainsi conçus seront de toute évidence plus sains et plus conformes aux exigences des particuliers sensibilisés à s’engager en faveur du développement durable au sein d’un logement moins énergétivore. Au-delà des aspects financiers, c’est donc un investissement durable sur le long terme avec un patrimoine moderne et conforme à son environnement qu’il convient ainsi de se constituer.